Quel statut choisir entre micro-entreprise et SASU pour devenir consultant ?

Le choix entre la SASU et la micro-entreprise dépend du C.A. que vous allez générer et donc de sa prévisibilité.

Si vous souhaitez devenir consultant après une reconversion par exemple, il sera difficile d’anticiper vos tarifs et le nombre de prestations à venir. Les informations sur les statuts juridiques sont nombreuses mais éparpillées.

Je vous propose de ne pas aborder l’ensemble des options et des détails de chacun des statuts, mais uniquement les différences majeures qui seront déterminantes dans votre choix.

Je ne parlerai donc pas de patrimoine ou de responsabilité personnelle par exemple, ni des caractéristiques similaires entre SASU et Micro-entreprise.

C’est parti 👇🏻

Comparaison des statuts juridiques avant de se lancer

Avant de commencer votre lecture, gardez bien à l’esprit que :

✅ La SASU est une société

✅ La micro-entreprise (ex statut d’“auto-entrepreneur”) un statut fiscal

Avantages et inconvénients de la micro-entreprise pour un consultant

  • C’est ultra simple à créer (2h en ligne. SIRET dans votre boîte postale 1-2 semaines )
  • Pas besoin de comptable. Vous devez simplement :

-Déclarer votre C.A et régler vos cotisation /mois ou /trimestre

-Tenir un livre recette/dépense

-Emettre des factures à vos clients

Les 2 derniers points pouvant être réalisé par les services liés à votre compte pro pour auto-entrepreneur (Shine ou Qonto par exemple)

Exemple de Shine :

  • L’administratif est réduit au strict minimum (cf. point précédent)
  • L’immatriculation est gratuite
  • Vous ne facturez pas (et donc ne déclarez pas) la TVA à vos clients jusqu’à 34 400€ de C.A (cf année précédente) ⇒ pour ceux qui ne s’y retrouvent jamais dans le jargon, c’est cela qu’on appelle “la franchise en base de T.V.A
  • L’administratif est simplissime
  • 22% de charges sociales sur votre C.A (11% la première année avec l’ACRE – aide aux créateurs et repreneurs d’entreprise)
  • Versement libératoire possible

Inconvénients de la micro-entreprise pour le consultant

  • Au delà de 34 400€ de CA vous facturez la T.V.A, ce qui risque de vous faire perdre pas mal de clients.
  • Au delà de 72 600€, c’est fini ! Vous perdez votre statut !
  • Impossible de s’associer

💡 A noter : en dessous de 34 000€ C.A vous ne facturez pas la TVA. Ce qui signifie que vous ne pouvez pas la récupérer sur vos dépenses pro. Si vous effectuez beaucoup de déplacements par exemple, vous ne pourrez pas déduire la TVA de vos frais d’essence.

La micro-entreprise : résumé

Pour conclure sur les avantages de la micro-entreprise, gardez ces 3 points en tête :

  • Elle ne demande pas d’investissement ni en temps ni en argent
  • Elle possède beaucoup d’atouts tant que vous ne dépassez pas les fameux 34 000€ / an. C’est un plafond assez bas notamment pour une activité de conseil en recrutement mais idéal si vous partez de rien.
  • Elle permet d’être opérationnel tout de suite.

➕ si vous êtes consultant et salarié, elle permet de cumuler les 2 activités.

La SASU. L’option à ne pas sous-estimer …pour les chômeurs

Les Avantages de la SASU pour un consultant indépendant

On la confond avec le SAMU ! La Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (vous comprenez pourquoi elle n’attire personne – malheureusement) qu’est-ce que c’est ?

Une société. Et qui dit société dit création d’entité avec tout ce que ça implique

  • Pas de limite de C.A
  • Vous êtes imposés sur vos bénéfices et non plus sur votre C.A.
  • Vous êtes toujours affilié à la Sécu
  • Une fiscalité avantageuse sur les dividendes
  • Vous pouvez déduire vos frais pro
  • Possibilité de se rémunérer, en tant qu’associé unique, sur les dividendes après chaque bilan comptable. Pourquoi c’est bien ? La dite Flat tax vous prélève seulement 12,8% d’impôt sur le revenu et 17,2% de cotisations sociales quand vous vous payez en dividendes.

⚠️ Si vous êtes chômeur indemnisé, vous pouvez vous versez des dividendes après 12 mois (fin de l’exercice comptable). De cette manière vous cumulez 12 mois d’indemnisation chômage AVEC vos bénéfices de l’année comptable ! Ceux-ci seront certes ****versés sur le tard mais taxé à 17,2% uniquement ! Jackpot

Inconvénients de se mettre en SASU

  • Les formalités de création sont nombreuses et compliquées. Beaucoup préfèrent passer par un expert pour éviter l’erreur ⇒ donc coût supplémentaire
  • Des charges sociales très élevées si vous vous versez un salaire : 65% sur votre salaire net (on parle bien ici de salaire et non de dividendes)
  • La création de la SASU ⇒ 350€ en ligne environ
  • Vous facturez la T.V.A à vos clients
  • Fermer une SASU demande du temps et de l’argent (500€ environ)
  • Comptabilité complexe donc coûteuse puisqu’elle vous oblige à recourir à un comptable

Alors que choisir ? Conclusion.

Vous l’avez compris, la micro-entreprise est idéale si vous ne pouvez pas prévoir vos futurs revenus. Elle permet d’éviter d’investir dans la création, d’être faiblement taxé et de pouvoir obtenir ou abandonner un statut rapidement.

La SASU est l’option parfaite si vous cumulez chômage et prévision claire des vos revenus. Vous serez en sécurité la première année et disposez d’un capital et/ou d’une rémunération conséquente l’année suivante.

Il est à ce titre tout à fait possible de fermer sa micro-entreprise pour créer une SASU une fois ses revenus suffisamment prévisibles pour anticiper le dépassement des 34 400€ de CA.
Sachez que vous pouvez bénéficier d’un accompagnement à la création si vous préférez passer par un réseau de recruteurs indépendants.

Deux avis concrets à partir de 2 parcours distincts :

SASU : Avis et témoignage d’Alexandre Demarquilly, recruteur indépendant.

Après plusieurs années en tant que consultant en recrutement salarié dans un cabinet traditionnel, j’ai décidé de me lancer à mon compte en tant qu’indépendant.

Je savais que j’allais rapidement dépasser les plafonds de la micro-entreprise, raison pour laquelle je n’ai pas choisi cette option. Ma prévision s’est révélée bonne puisque j’ai atteint 170k de CA dès la première année d’activité.

Le choix de la SASU s’est révélé payant également pour une raison supplémentaire : j’ai pu cumuler mes allocations chômage avec la distribution de dividendes conséquents à l’issue de la 1ère année d’activité.

La SASU offre de nombreux avantages et une fiscalité attrayante sur les dividendes. En ce qui me concerne, j’ai réussi à accomplir tout seul les formalités de création de la SASU, sans même recourir à un expert-comptable ou un avocat. Les frais de création de la société ont tourné autour de 250 euros. Cette démarche est plus simple qu’elle n’y paraît…(entretien complet)

Micro-entreprise : Avis et témoignage de Geoffrey Coppin, consultant & rédacteur SEO.

Reconverti dans les métiers du SEO, mon choix s’est porté sur la micro entreprise pour débuter mon activité. On m’avait parlé du combo “chomâge+dividende” en SASU mais les frais de comptabilité et de création m’ont refroidi. Je n’avais pas un très grand chômage et la micro m’a permis de minimiser les risques.

En plus, j’ai pu attendre de trouver mon premier client pour créer l’entreprise. Cela m’a permis de garder de bénéficer de l’ACRE plus longuement (11% de cotisations sociales au lieu de 22% sur la première année). Un expert comptable m’avait dit : au pire si tu vois que ton chiffre explose dès les premiers mois, tu passes en SASU”

👋 Je veux des infos sur le réseau d’indépendants Talents Groupe

6 + 2 =

Share This